Sans compromis

26 janvier 2011

Bilan

Depuis quelques temps je me replonge dans mon expérience d'accouchement: on m'a demandé d'écrire un texte de réflexion sur ma démarche vers l'autonomie dans la maternité. Alors j'ai relu mon blog, mes récits de naissance, les textes que j'ai écrit sur le sujet... J'ai aussi lu ce que d'autres ont dit sur l'autonomie, sur le féminisme aussi. Je vois ma réflexion se préciser au fil de mes recherches, je suis contente de faire ce travail qui depuis longtemps m'attendait.

Je reviendrai bientôt avec plus de détails :-)

Posté par GEANA à 10:38 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


19 janvier 2009

Un petit pas pour Emma...

Un grand pas pour l'humanité ;-) Bravo!

Well, looky looky what message I found in my Gmail inbox this morning, from a faceless Facebook administrator :

Hi Emma,

Your account was disabled because several photos on your account were removed by our system. After looking into your situation, we have reactivated your account.

Facebook, like all other sites that host user-generated content, has policies that prohibit certain kinds of material.  We take no action on the vast majority of breastfeeding photos because they follow the site's Terms of Use. Photos containing a fully exposed breast (as defined by showing the nipple or areola) do violate those Terms and may be removed.  These policies are designed to ensure Facebook remains a safe, secure and trusted environment for all users, including the many children who use the site.

We apologize for any inconvenience or frustration that these policies cause but hope you also understand the motivation behind them.


Thanks for contacting Facebook,

Madison
User Operations
Facebook



-----Original Message to Facebook-----
From: Kwasnica Emma (emma.kwasnica@gmail.com)
To: appeals+dwy55wy@facebook.com (appeals+dwy55wy@facebook.com)
Subject: WHY has my Facebook account been disabled ?

Please tell my why you have disabled my account, and reinstate it as soon as
possible.

I am an aspiring midwife.  I relied on Facebook for my studies, my research
and my career.  You have disabled/deleted my entire account, all my
research, all my posts, everything I ever wrote on Facebook is now GONE.

Please, this is my last effort at trying to contact you.  I deserve an
answer.

-Emma Kwasnica

****************************************************************

And here is my response from today, back to the faceless 'Madison', here :

Madison, hello.

You may have reactivated my account, but no one can access me, or find me (via my name, "Emma Kwasnica"). Today, I hear from friends trying to "find" me, who do a search for my name on Facebook, and NOTHING comes up (except my group, "INFORMED CHOICE").

Please remedy this sitaution, and reinstate me/my account *completely*, and this, as soon as possible.

As for me understanding the motivation behind your deleting my account due to breastfeeding photos, I do not.  Nor do I accept or understand your current policy against the posting of breastfeeding photos. All people --and all children-- who leave their house, on any given day, risk seeing a woman nursing in public.  Heck, they may even catch a glimpse of areola and/or nipple in the process ! 

Sadly, your actions in deleting breastfeeding photos and disabling users who posted breastfeeding photos is an act of blatant discrimination, at the highest level; Facebook does not get to play by their own set of rules when it comes to discrimination which is punishable BY LAW, simply because you are a "private company".  A woman has a legal right to breastfeed her baby in public anywhere which she has a legal right to be; breastfeeding in public is protected by LAW all across Canada, and in 48 of the 50 US states, including both the state of California AND Delaware, where Facebook is registered.  Anyone who harasses her, asks her to cover up, or asks her to leave is breaking the law.

Facebook is no different.  What a sad statement about your organisation, that your recent actions are so blatantly discriminatory.

I trust you will act promptly, at the very least in FULLY reinstating my account, but also in CHANGING your discriminatory, unfair and prejudiced policy regarding the posting of breastfeeding photos.

Sincerely,
-Emma Kwasnica

*******************************************************************

Furthermore, it would seem that ALL of my posts and links and photos (aside from the breastfeeding ones dubbed 'obscene', and which they deleted) have come back from the depths of Facebook oblivion ! YAY !

Happy day...

Thank you all, again and again, for all of your support over the past few weeks; it has been invaluable to me.

All my love,
-Emma
xx

Posté par GEANA à 16:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 janvier 2009

La censure de Facebook

Voici un message d'Emma ( en anglais, mais il y a aussi un lien vers un article en français ) , lu sur le groupe YAHOO DFBofMontreal et qu'elle demande de faire passer le plus largement possible. Je ne suis pas sur la photo du Défi Allaitement mais j'étais assise juste à côté avec mes deux filles au sein :-)

Bonne chance Emma!

Emma

Hello,

My name is Emma Kwasnica.  I am a 30-year-old Canadian tandem-nursing mother living in Montréal, whose Facebook account has now been entirely disabled over the breastfeeding photos controversy (http://www.time.com/time/nation/article/0,8599,1869128,00.html). The official petition group on Facebook is called "Hey Facebook, breastfeeding is NOT obscene!" (http://www.facebook.com/group.php?gid=2517126532). I am reaching out because I think you might be interested in the Facebook fiasco over breastfeeding images, and them being classified as "obscene, sexually explicit and pornographic". Yes, I said breastfeeding.  The most loving, selfless act on Earth.

For the record, my entire Facebook account has now been deleted, with no explanation from the administrators of Facebook.  While they have not confirmed the reason for disabling my account, I can only suspect it stems from the fact that, in the days leading up to the disabling of my account, I had photos of me breastfeeding my daughters deleted, and was given a "warning" for having had uploaded "obscene" content that renders Facebook "unsafe for children" (see the Facebook screenshots, here : http://picasaweb.google.ca/emma.kwasnica/20081011BreastfeedingChallenge#5288261770656740850 & http://picasaweb.google.ca/emma.kwasnica/20081011BreastfeedingChallenge#5288261775340683298)

Given the amount of obscene, pornographic, and truly disturbing photos, applications and groups that proliferate across Facebook, I am stunned that this has happened to me.  I am an aspiring midwife/Childbirth Educator/ Breastfeeding Counselor; I run a lively discussion group on Facebook called 'Informed Choice : Birth and Beyond' (http://www.facebook.com/group.php?gid=21515708855), and have been sharing all of my summarised research, studies, links regarding pregnancy, birth and motherhood with a group of nearly three hundred people, since July 2008.  And now, everything that I ever wrote, all my photos, all of my midwifery-related research, has been deleted --right off the face of Facebook.  Furthermore, this does not concern me alone, as many (over a hundred ?) other Facebook users had their posts deleted, too, since whole discussion threads were deleted into oblivion, if it was indeed me who began the thread (which, 80% of the time, it was, since this was my group, me sharing the recent research relevant to the childbearing/-rearing woman).

Facebook has not responded to my e-mails politely enquiring why my account has been disabled.  They remain faceless.  Hence the reason why I am now reaching out and going public with my situation.  I am desperate to get my words back, and most importantly, the general North American public needs to be made aware of Facebook's disgusting double standards regarding "decency".  I am revolted to report that Facebook allows the likes of a group called "Dead Babies Make Me Laugh", and yet, someone such as myself, who wants nothing but to inspire and help women on their journey to birthing healthy, vibrant babies, has her whole account deleted.

I have now done radio station interviews (a Sakatoon one, as well as Montréal's 98.5 FM), and was interviewed for 'La Presse' newspaper here in Montréal, the article for which appeared in yesterday's edition of 'La Presse' (http://technaute.cyberpresse.ca/nouvelles/internet/200901/04/01-814622-des-meres-en-croisade-contre-facebook.php), the English translation for which you will find below.  I may be doing another one-hour long segment on the same Saskatoon radio station at some point this week.

There is a Canadian slant to this whole Facebook fiasco, in that the tireless organisor of the original online protest (http://www.facebook.com/event.php?eid=39521488436) is from Ottawa (Stephanie Muir), the TERA site that is currently the "safe haven" for breastfeeding photos which have been deleted by Facebook is a Canadian one (http://www.tera.ca/photos6.html), and is coordinated by Paul Rapoport of Hamilton, Ontario... and now, the only (known) person so far to have had their Facebook acount fully disabled over this issue --me, a Montreal mother.

Please help me by spreading the word of Facebook's appalling actions (such as by posting this to your blog), and consider this an official plea to get the word out ! For the sake of the next generation of babies, people everywhere need to understand that the larger issue of normalising breastfeeding is deeply important here.  In 2009, it is unacceptable that women feel shamed, or are sexualised, while providing the most normal, the most physiologically appropriate food for their babies : breastmilk.

Sincerely yours,
-Emma Kwasnica, Montréal
(514) 656-1560

PS  Here you will find the full-page newspaper article/image from Le Journal de Montréal (http://picasaweb.google.ca/emma.kwasnica/20081011BreastfeedingChallenge#5261616556288520402), in which I am breastfeeding my daughters.  This is particularly relevant as Facebook has said that no major newspaper in North America would publish the type of breastfeeding photos that they have deleted.  This simply isn't true - this newspaper image (from October 2008) is living proof !  If Montreal, a city of over 3.5 million, can handle seeing this image in a daily newspaper, then why can't Facebook ?

*********************************************************************************************************

(English translation of 'La Presse' article)

MOTHERS CRUSADING AGAINST FACEBOOK
Daphné Cameron, La Presse
January 04, 2009

"Cover up this breast that I do not want to see."

Even though it was written in the 17th century, Molière's famous refrain is still à la mode for those who run Facebook's networking site.

For several months now, photographs of mothers breastfeeding their children have been being deleted. The restriction has provoked anger in women all over the globe. In protest, 11,000 women replaced their profile picture with the image of a breastfeeding mother.

This online protest was organized for December 27th by Stephanie Muir, an Ottawa mother outraged by the website policy, that says that no "pornographic or sexually explicit" material may be uploaded to the site.

"It is unthinkable that in 2008, such a loving image, one of a mother breastfeeding her baby, can be perceived as sexual or offensive," she said. "It's because we stigmatise women in this way, that mothers make the choice not to breastfeed, or breastfeed for a shorter length of time."

In additon to the web protest, a few dozen women assembled in front of the Facebook headquarters in California, and nursed their babies there.

The response by Facebook administrators was immediate. According to Stephanie Muir, accounts of several protestors were disabled.

This is the case of Montrealer Emma Kwasnica, who no longer has access to her personal account, since January 1st.

"Facebook began deleting photos of me breastfeeding my daughters on December 28th", stated the 30-year-old who is studying to become a midwife. "A few days later, the administrators disabled my account with the only explanation being that I had uploaded obscene content. Breastfeeding is the most beautiful thing in the world. How does one automatically associate that with sex ?"

The protest organised by Stephanie Muir has provoked a media frenzy in the United States. Facebook reacted by publishing a press release that specified that only photos showing nipple or areola are banned.

Facebook reiterated that it is a private company which has the right to decide which content it hosts on its site.

Posté par GEANA à 12:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 octobre 2008

La césarienne : un déni de maternité

http://www.regardconscient.net/archi06/0610cesarienne.html

je n'ai pas terminé de le lire mais ça promet!

j'ajoute un commentaire de Jean Claude Verduyckt ( voir son site http://users.swing.be/carrefour.naissance/index.htm ) lu sur la MAMANLISTE et publié ici avec sa permission:

Texte intéressant, en effet.

Mais je n'y retrouve pas l'évolution considérable du nombre de femmes
chirurgiennes en obstétrique, allant jusqu'à dépasser celui des hommes
... depuis près de 20 ans maintenant, alors que la majorité des
responsables des services obstétricaux reste des hommes !!

L'accouchement reste un "mystère" ... rendu ainsi volontairement auprès
de la population. Faudrait-il multiplier les images d'"accouchements
catastrophes", de "grandes extractions" versus une césarienne "propre,
calme et bien protocolée" ? Le choix serait vite fait !! Mais ce que
l'auteur oublie d'écrire dans son article c'est la multiplicité des
causes techniques, médicales, médicamenteuses, ... ("pompier
incendiaire" ... l'expression n'est pas trop forte !!)
Comme exemple, je prendrais, moi aussi, celui des Pays-Bas. Le taux de
césarienne n'a cessé d'augmenter ... parallèlement à celui de
l'accouchement en structure ET celui de la péridurale. (Sur base d'une
lecture qui date déjà un peu, cela ne s'accompagne pas nécessairement
d'une baisse du taux de mortalité mais plutôt d'une hausse du taux de
morbidité périnatale.)

Ce qui m'impressionne avant tout dans cet article, c'est la propension
féministe arrière-gardiste en toile de fond ... qui ne fait qu'alimenter
le chancre dans les mentalités : "Divisons pour régner" ... le principe
ne change pas !!! Il a tellement fait ses preuves de renforcer les
croyances afin de maintenir au pouvoir les mêmes personnes, les mêmes
idées, et donc aussi les mêmes différences sociales.

Si les connaissances médicales (dont en périnatalité .. grossesse,
naissance, petite enfance) augmentent légèrement dans la population,
c'est essentiellement auprès des mères et plutôt sur un volet "médecine
douce" ...
Exit les femmes avant une grossesse et exit les hommes à tout moment.

Qu'une information "honnête" circule d'avantage auprès des jeunes filles
et des jeunes garçons ... et nous verrons alors, 10 ans plus tard, de
vrais changements comportementaux.

Jean-Claude

Posté par GEANA à 09:33 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

18 septembre 2008

Le bilan

Bonne fête à moi! Je vous offre une part de gâteau?

Un an déjà que j'ai donné naissance à ma grosse boule, qui n'est plus aussi ronde maintenant :-)

18_sept_2008_031

J'ai lu la veille le récit de la naissance libre de Bibi, la petite 4e de mon amie Martine, que vous pouvez lire aussi en vous abonnant au Groupe MAMAN ici http://www.groupemaman.org/insc_f.html

Jolie façon de se replonger dans le merveilleux de la naissance, et de regarder honnêtement mon expérience.

Je me rappelle la sensation de la tête dans ma main, mais aussi ma non-acceptation, que tout ne se passe pas comme je m'y attendais... La douleur, une poussée qui n'en fini plus, ma Lili qui pleure, et ce placenta que je m'obstine à "attendre" avant de changer les draps! pfffffffff

Moi qui croyais être dans le lâcher-prise!... une vraie control freak oui!

Je cherche cette prière qui me parle, mon ami google m'apprend qu'elle s'intitule "prière de la sérénité", vous la connaissez sûrement:

Mon Dieu, donne-moi                                                                                  La sérénité d'accepter les choses que je ne peux changer,
Le courage de changer les choses que je peux,
Et la sagesse d'en connaître la différence.

C'est qu'en ce moment j'aurais bien besoin d'un Dieu, j'ai même intitulée une de mes dernières chansons "Requête à Saint Antoine"! J'y demande de l'aide pour "elles", et "elles" parfois c'est aussi moi, toutes ces femmes dépossédées de leur instinct maternel, et qui cherchent, qui tatonnent... Et qui peut-être comme moi se disent parfois:

"Je n'ai plus foi en Dieu mais j'ai foi en l'Homme et je ne sais plus à quel Saint me vouer"

En ce moment je me sens prisonnière de ma petitesse, je vais sur Grandir ensemble - Grandir libres http://fr.groups.yahoo.com/group/grandir_ensemble_grandir_libres et je fais de mon mieux pour en "prendre de la graine"...

Je me sens comme un phœnix déplumé qui n'attends qu'une chose, de renaître de ses cendres...

180px_Phoenix_rising_from_its_ashes

Phénix renaissant de ses cendres

http://fr.wikipedia.org/wiki/Ph%C3%A9nix

A celle que nous avons prénommée Immortelle, merci, je n'aurai pas trop de l'éternité pour être à la hauteur de mes attentes...

Posté par GEANA à 23:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


27 mai 2008

un hippocampe chez les humain

http://lesactualites.canoe.ca/webapp/sitepages/content.asp?contentid=59410&catname=En+r%E9gion&classif=Nouvelles

une petite perle de la mamanliste!

et je cite: "papa n'a eu d'autre choix que de le mettre au monde!"

et le papa-accoucheur ( sic ) de déclarer: "Heureusement, lors des sixième et septième accouchements d'Isabelle, la sage-femme m'avait montré comment faire en cas d'urgence."

cad: "J'ai attendu la deuxième poussée, tourné un peu la tête de bébé et hop, il est sorti! " ( je souligne )

et encore : "Ensuite, j'ai contacté à nouveau Johanne, la sage-femme, pour lui dire que bébé était là! Elle m'a alors expliqué comment faire sortir le placenta, et tout s'est déroulé très bien." ( je souligne )

conclusion: "Lorsqu'elle est arrivée à la maison, tout était sous contrôle." effectivement, on avait remarqué!

ou: comment trouver quelque chose à faire faire au papa ( ben oui, c'est le papa qui met au monde son bébé, alors forcément! )

ou: comment transformer un ANA potentiel en un accouchement assisté à distance, avec une suite d'interventions d'un papa-accoucheur ( j'espère pour lui qu'il fait parti de l'Ordre des sage-femme du Québec, ce sont des actes réservés passibles de poursuites! )

je ris jaune là...

Posté par GEANA à 10:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 janvier 2008

Mon chemin vers une naissance libre, par Dali

Alors là, j'ai un super cadeau pour vous ( merci Dali! ) Régalez-vous :-)))

Mon chemin vers une naissance libre

Mes deux premières grossesses ont été très médicalisées. Bon nombre de personnes sont « intervenues » sur mon corps et sur celui de mes enfants, ce que j’ai fortement ressenti comme une violence. J’ai alors choisi pour ma troisième grossesse d’être accompagnée par une sage-femme pratiquant des accouchements à domicile. J’étais convaincue qu’ainsi je serai à l’abri de l’interventionnisme caractéristique des « structures » et qu’en dehors de celles-ci, je serai enfin maîtresse de mon corps, libre de vivre cette naissance selon mon ressenti et mon instinct. C’est ainsi qu’Adam est né à la maison. Un accouchement facile, rapide, puissant. J’ai vraiment été régénérée, restaurée, réparée par cette expérience qui a été le point d’accélération d’une réflexion sur l’autonomie entamée deux ans plus tôt.

Cependant, il me restait très peu de souvenirs de cet accouchement, quelques sensations visuelles de clarté ou d’obscurité, des sons ou plutôt des murmures, beaucoup de sensations « internes » pour lesquelles je ne connais pas de mot. En dehors de ce ressenti très intime, très centré sur ces sensations internes, j’ai perçu très peu de choses venant de l’extérieur : sans doute, l’effet d’une abondance d’endorphines !

Je n’ai jamais écrit de « récit de naissance » car je n’avais (pensais n’avoir) rien à en dire, étant donné la confusion de mes souvenirs. Je me suis alors  passionnée pour les récits de naissance des autres (dont les descriptions détaillées m’ont toujours impressionnée), comme si je pouvais y retrouver mon histoire, des indices de ce qui s’était passé pour moi. Puis un jour, j’ai lu le témoignage d’une amie chère qui avait été accompagnée par la même sage-femme que moi et à cet instant, plusieurs choses sont advenues à ma conscience, des ressentis sous-terrains incompréhensibles se sont mués en évidences absolues.

Je me suis souvenue des incursions intempestives, foetoscope en main, de ma sage-femme dans la chambre où je m’étais isolée, pour « écouter le cœur du bébé », des quelques positions inconfortables qu’elle m’a faite adoptée, des indications de poussée que j’ai reçues. J’ai compris aussi pourquoi je ne me souvenais que de ces « interférences » de la sage-femme. En effet, lorsque je me retrouvais seule, j’étais comme « débranchée », les seules occasions de me reconnecter au monde extérieur, dans une modalité rationnelle, ayant été précisément ces interventions.

C’est ainsi, à la lecture du récit de mon amie où j’ai vu comme le miroir de toutes les interventions que j’avais moi-même subies, qu’est née cette évidence que, aussi discrète, aussi silencieuse, aussi respectueuse des besoins de la femme et du couple la sage-femme soit-elle, par sa seule présence, intentionnelle, elle « intervient », elle « assiste ».

J’ai aussi compris comment j’ai occulté un ressenti désagréable face à un interventionnisme évident, simplement en effaçant de ma mémoire « consciente » les événements s’y rapportant, et pourquoi un sentiment de malaise indéfini m’envahissait lorsque je me devais de répondre par l’affirmative à la question « alors comment ça s’est passé ? »

Je suis persuadée pour en avoir discuté avec beaucoup de personnes que notre sage-femme est sûrement l’une des moins interventionnistes qui soit à l’heure actuelle en France. Néanmoins, l’ « idée » même de sa présence et pas seulement le « fait » de sa présence modifie profondément l’ « allure » et le vécu de l’accouchement. Lorsque je parle de présence ici, je parle aussi bien de la présence actuelle que de la présence « à venir » c’est-à-dire « arrivée prochaine » de la sage-femme, comme élément « perturbant » (que cette perturbation soit néfaste ou pas du reste). J’ai lu beaucoup de récits d’accouchement non assisté où la présence de la sage-femme était programmée mais où cette-dernière est arrivée après l’expulsion. Même si « matériellement », il s’agit d’un accouchement non assisté, j’ai la sensation qu’il y a eu usurpation de terme. Selon moi, les démarches (avec ou sans sage-femme/médecin/autre « expert ») et les configurations psycho-affectives auxquelles elles aboutissent sont opposées. La présence d’une sage-femme ne peut pas permettre que se crée cet espace de possibilités créatrices, de libertés. Vraiment, l’expression « sage-femme non interventionniste » est un oxymoron. ( http://fr.wikipedia.org/wiki/Oxymore ) 

C’est là que je me situe actuellement, dans cette prise de conscience de ce qui correspond exactement à l’idée que je me fais d’un positionnement dans l’autonomie. Selon mon besoin d’autonomie, la présence d’une sage-femme à domicile, c’est déjà trop. On est déjà situé dans l’intervention, on est déjà dans le risque de court-circuiter, d’orienter « le mouvement », dans le risque d’être induite dans ses comportements, d’être détournée de ses ressentis. Même quelque chose d’aspect aussi peu directif qu’une suggestion peut amener à se couper de ses sensations pour se connecter à une conscience « annexe » et étrangère de ces sensations, celle de la sage-femme, qui forcément n’est que supposition et non connaissance exacte de notre ressenti. On peut bien sûr penser avoir été totalement libre de danser sa propre danse en dépit de cette « surveillance » médicale. En ce qui me concerne, je ne le pense pas. Aujourd’hui, j’ai compris qu’une naissance libre ne pouvait avoir lieu dans les conditions de la présence de ma sage-femme. Qu’est-ce que j’entends par « naissance libre » (car la détermination de l’instant à partir duquel nous ne sommes plus libres est propre à chacun)? C’est un processus physiologique, spontané, un mouvement de l’intérieur vers l’extérieur non perturbé par une intervention « intentionnelle » extérieure (je dis bien « intentionnelle » car des perturbateurs accidentels peuvent advenir). Bien sûr, l’autonomie n’est pas l’autarcie. En amont de cette expérience, il y a toute l’histoire de nos rencontres, tout le poids de notre vécu et des émotions, des ressentis et des réflexions qui le constituent, nos certitudes, nos doutes, nos « programmes », nos tentatives de nous soustraire à des programmes destructeurs. Il est difficile de ne pas être « induite » dans son vécu de l’accouchement par tout ce qui précède cet accouchement. Car nous sommes nos interactions avec l’extérieur.

Parfois, l’histoire de nos interactions passées nous a rendues incapables d’écouter notre guide intérieur et a créé le besoin de toujours s’en remettre à autrui pour décider de ce qu’il faut faire. C’est ainsi qu’au lieu d’entendre les indications quasi-infaillibles que sont nos sensations internes, nous nous retrouvons à accepter, par exemple, des positions d’expulsion inadéquates suggérées par ceux qui nous assistent. Ou encore à absorber l’angoisse ou l’inquiétude, même savamment dissimulée, de la sage-femme lorsque le travail stagne « trop » longtemps ou lorsque l’expulsion du placenta se fait attendre (notre vécu d’une durée est si différente de celui d’une autre personne).

Malheureusement, nous avons été conditionnés à démissionner de la gouvernance de notre propre corps face à l’ « expert ». La seule présence d’une sage-femme (même passive) représente donc un risque possible de démission ou d’  « oubli » de soi, est une situation potentiellement aliénante, de renoncement à son principe intérieur. C’est pour cette raison et étant consciente de ma propension conditionnée à ployer sous le rouleau compresseur de l’autorité experte, que, pour une prochaine naissance, il n’y aura pas de « professionnel » prévu à mes côtés le jour de l’accouchement et probablement pas non plus tout au long de la grossesse.

Ultime interrogation : pourquoi ce besoin d’autonomie ? est-ce à mettre en rapport avec un besoin de « performances » ? Qu’est-ce qui est réellement en jeu ici ? Pour moi, c’est principalement (mais pas seulement) un simple besoin vital et naturel de se sentir capable, forte, « vivante », se percevoir comme « puissante », sentiment de puissance si essentiel à l’élaboration de la confiance en soi et en sa capacité à être mère.

Il y a néanmoins une dernière distinction importante à faire selon moi, celle entre « être assistée » et « être soutenue ». Besoin de soutien ou besoin de radicale autarcie sont tout aussi légitimes sur le chemin de la réalisation de soi.

Dali

d.milovanovic@free.fr

Quelques ressources sur l’ANA ou la GNA (accouchement/grossesse non assistés), des sites et des listes de discussions :

Unassisted childbirth, Laura Kaplan Shanley

The power of pleasurable childbirth, Laurie Annis Morgan

http://www.unassistedchildbirth.com/ 

des récits de naissances libres en français sur le site de Sophie Gamelin :

http://www.perinatalite.info

le forum de discussion du magazine américain Mothering

http://www.mothering.com/discussions/forumdisplay.php?f=306

le forum de discussion de Laura Shanley

http://www.unassistedchildbirth.com/forums/index.php

et bien sûr, la toute jeune liste de discussion francophone GANA :

http://listes.rezo.net/mailman/listinfo/gana

Posté par GEANA à 10:05 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

13 janvier 2008

Tournez-vous, voilà, comme ça, un peu plus à gauche, c'est bien...

"J'aurais eu besoin d'une sage-femme à mon accouchement pour me dire quelles positions prendre"

Rassurez-vous, cette phrase n'est pas de moi! En réalité j'en suis atterrrée... Comment peut-on croire qu'une personne située à l'EXTÉRIEUR de notre corps sait mieux que nous quelle position adopter pour favoriser le travail qui se déroule à l'INTÉRIEUR de notre corps? Franchement ça me dépasse! C'est très triste d'être coupée de son ressenti à ce point, si banal et si triste...

J'édite pour ajouter la suite, que j'ai eu la flemme d'écrire hier...

La suite c'est moi qui dit "Mais ce n'est pas le rôle des sage-femmes, c'est toi qui sais!" Et cette femme m'a répondu que non, son corps ne savait pas :-( Pour preuve, elle m'a raconté qu'à un moment, elle sentait l'envie de pousser, et qu'on lui a dit d'arrêter car son col enflait... Voulez-vous bien me dire comment "ils" ont pu voir ça en l'observant sant interférer avec le déroulement?! Qu'est-ce que la nature a prévu, que le col enfle un peu ou que la femme en train d'accoucher se fasse introduire des doigts gantés dans le vagin?!

En terminant je copie youyoute, qui réponds aux commentaires en éditant son message ;-)

Noix_coco a écrit:

"Je lisais hier que notre instinct etait perdu en matiere d'accouchement, un peu comme l'allaitement. Si je n'avais pas eu qqun pour me montrer comment on faisait pour allaiter je n'aurais pas su (ca avait mal commence). Du coup je me pose des questions pour l'accouchement..."

GEANA:

( C'est drôle, dans les cours qu'ils proposent aux nouveaux arrivants, Emploi-Québec expliquait à mon mari qu'ici les gens sont des mangues, alors qu'en France ce sont des noix de coco! lol )

Pour en revenir à ton commentaire, c'est une question qui me travaille aussi, la part d'inné et d'acquis dans les processus naturels liés à la maternité. J'y ai beaucoup réfléchi, et voici mon hypothèse pour l'instant: notre instinct n'est pas perdu mais enfoui loin loin loin sous une grosse couche de peurs et parasites de toute sorte. L'instinct c'est fragile, facile à perturber. Déranger une femme qui accouche peut suffire à lui fermer l'accès au savoir de son corps ( pourvu que l'OSFQ ne lise pas ça sinon je suis bonne pour un procès pour pratique illégale sic ) Perturber les premiers instants mère-bébé peut suffire à brouiller l'instintif de la relation d'allaitement. Michel Odent en parle mieux que moi dans son livre "Votre bébé est le plus beau des mammifères".

J'ai eu oui-dire qu'en Chine, le meilleur médecin est celui qui a le moins de patients, alors qu'en ce moment au Québec, les médecins, débordés,  refusent de prendre de nouveaux patients!

Dans mon monde idéal, les sage-femmes montreraient aux femmes à pêcher le poisson plutôt que de leur donner tout cuit dans le bec, cad aider la femme à se défaire de ses peurs pour lui permettre d'accoucher librement: "Soyez utiles, ne vous rendez pas indispensables"...tout un programme!

Merci de ton commentaire ;-)

Posté par GEANA à 23:59 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

Nouveau Titre

Bonjour!

Ça fait un moment que ça me trotte dans la tête, je trouvais le titre du blog trop restrictif, j'en ai changé. Et qui sait, peut-être que ça donnera envie aux autres membres de poster quelquechose sur le sujet!

Posté par GEANA à 15:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 décembre 2007

Les échographies sont de vrais nids à bactéries

Toutes mes excuses. Dans mon précédent message je citais un extrait de revue de presse reçu sur une liste de discussion et non l'article original paru dans Le Parisien, malheureux impair de bloggeuse débutante...

Mes plus plates excuses, aux personnes et listes précédemment citées sans consentement, ainsi qu'à celles et ceux qui liront ce message.

Si quelqu'un réussi à mettre la main sur l'article original et veut partager, vous pouvez m'envoyer le lien et je le publierai.

Sur ce, Joyeuses Fêtes!

Posté par GEANA à 07:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]